Sages
Advertisement

Ce qui suit est une transcription partielle de cette vidéo : Titre original : Mercredi matin le 16.6.21

Mots clés : Méditation, 4 Idées fondamentales, 4 illimitées, Vajrayana, Bouddhisme Tibétain

Transcription[]

(Min 11,10) D'abord les quatre idées, les quatre idées qui tournent l'esprit vers le Dharma, et les associés avec le calme mental et c'est une chose importante. Et la première de ces pensées, c'est la pensée de la précieuse existence humaine. Et la précieuse existence humaine c'est déjà simplement a conscience de son corps, ça veut dire est là assis en train de méditer, ça veut dire aussi surtout à voir cette disposition intérieure qui nous amène à vouloir chercher quelque chose, un sens des choses, une quiétude, des réponses, avoir cette sensibilité, cette intelligence, qui nous mène, qui nous ouvre au Dharma, a sa pratique.

(Min 20,32) Deuxième notion, c'est l'impermanence évidemment, c'est la mort et l'impermanence, les deux sont liées, c'est pas juste l'impermanence des choses, le bouddha se borne à dire ce que sont les choses, c'est réussir à simplement prendre conscience qu'en même temps nous sommes complètement impermanents, nous avons toutes ces richesses, ces qualités, ce loisir de donner un sens à cette précieuse existence humaine, mais en même temps, c'est extrêmement fugace, extrêmement impermanent, donc c'est surtout là l'idée d'avoir une attitude détendue, en tout cas c'est un des biens qui peut découler de la notion d'impermanence, c'est la détente. si une situation est dramatique, elle va passer, c'est bête à dire, mais la plupart du temps, est-ce que nous sommes conscients que les choses dramatiques vont passer, comme d'ailleurs les choses heureuses, est-ce-que l'on peut etre détendu du fait que les choses soient transitoires ? C'est pas si facile !

(Min 31,57) La troisième idée, c'est réfléchir à la loi du karma. Alors ça c'est toujours un peu compliqué, et en même temps, peut-être qu'on peut le faire de manière très simple, c'est se rendre compte que les situations découlent toujours d'un ensemble de causes et de conditions et que d'une manière très simple, c'est-à-dire cultiver des attitudes, bonnes, simplement dans la vie de tous les jours, il n'y a pas besoin de ce soit très compliqué, c'est juste de se rendre compte que cela a un impact, ça a un impact sur nous, sur les autres, sur l'environnement dans lequel on est, c'est immédiat. Donc le Karma, c'est à la fois extraordinairement profond, subtil, peut-être compliqué, puis en même temps, c'est tout simple, c'est l'idée que nous existons dans un ensemble de causes et conditions et que donc, du même coup, nous sommes participants de ces causes et conditions. Donc dans la pratique méditative, c'est observer tous ces phénomènes mentaux.

(Min 45,45) Quatrièmes pensée importante, c'est la défectuosité du cycle des existences, ça c'est pas la pensée la plus drôle, parce que c'est comme si on insistait sur tous les défauts. C'est pas ça, c'est l'idée de ne pas placer nos espoirs dans les conditions ordinaires. Ce qu'on veut dire par les conditions ordinaires, c'est que justement vient de parler du Karma et donc de cette espèce de toxicomanie samsarique que l'on entraîne constamment, en poursuivant le film, se rendre compte que ces situations samsarique, ordinaires dans lesquels nous sommes, mais qui sont toutes construites sur la base de deux grandes confusions, tout cela ne peut pas nous apporter un bonheur véritable.

Donc à nouveau, on est un peu sur l'idée que la conscience que j'ai de tout cela, de toutes ces situations auxquelles je contribue évidemment, vont me faire prendre conscience que ça, ça peut pas être le but final, c'est ça l'idée, c'est l'idée qu'il n'y a pas une situation samsarique qui va représenter le bonheur définitif. Donc l'idée, c'est de nous en libérer. On pourrait dire que par rapport à la pratique méditative, c'est faire aussi que la pratique méditative, aussi simple soit elle fasse que ça nous mène à une conscience des petits mondes dans lesquels nous tournons, ce samsara intérieur.

(Min 59,50) Les 4 illimitées, l'amour, la compassion, la joie, l'équanimité

Proposition de méditation[]

(Min 54,50) Donc on peut tout à fait prendre chacune de ces notions, la précieuse existence humaine, puis se dire, tiens, en quoi est elle précieuse, en quoi suis-je libre, quelles sont ses richesses ... on peut faire cet exercice de réflexion tranquille, mais c'est presque comme si on méditait, on produit une pensée quand mémé, on peut le faire avec la mort et l'impermanence, vraiment, par exemple ce corps n'est pas le même que celui d'hier, n'est pas le même que celui d'il y a une semaine, prendre conscience de ça, de ce corps qui passe, de cette impermanence, ou de l'impermanence des pensées. On peut de même nous produire un certain nombre de pensées, on peut le faire avec le karma, vraiment, en réfléchissant à ces situations, apparemment si déterminées dans lesquelles nous plongeons tout le temps, par réflexe.

Et puis ensuite, on peut le faire aussi pour ces pensées sur le Samsara, et tous ces samsara infinis, qui sont ceux de chaque individu, donc sept milliards de personnes, sept milliards de samsara.Sur les défauts du samsara, parce que c'est l'intitulé traditionnellement, c'est prendre conscience de cela, c'est aussi le fait que c'est aussi cela qui va nous amener, nous ouvrir à la compassion, il y a absolument pas de doute, c'est-à-dire que si vraiment l'on a conscience, on regarde ces petits mondes, se dire, c'est pas possible d'être là, coincé dans ce petit monde et que chaque individu est pris par son propre samsara, voilà, et avoir conscience que même si c'est des samsaras agréables, c'est jamais totalement parfait.

  • (Min 61) Puissent tous les êtres, être heureux et posséder les causes du bonheur
  • Puissent tous les êtres, être libre de la souffrance, et des causes de toute souffrance
  • Puissent tous les êtres, être établis dans la joie
  • Puissent tous les êtres, êtres libres de l'attachement, de l'aversion, et demeurer dans l'équanimité


Transcription partielle de cette vidéo : Titre original : Mercredi matin le 23.6.21

Transcription[]

(Min 8.12) Comment est ce que je peux intégrer aussi dans le cadre de la méditation du calme mental, les fameuses 4 pensées fondamentales et puis les 4 illimitées, parce qu'en fait,c'est vraiment le fondement de toute la pratique, et j'ai eu la sensation que c'était intéressant de tenter ça. j'espère que pour vous, vous sentez que ça pose des petites graines, et que vous pouvez les cultiver.

Je voulais partager ça avec vous, c'était l'idée d'être là déjà, par rapport aux 4 pensées fondamentales et puis d'avoir conscience de la rareté de cette existence, de la rareté de ce moment et tout de suite on est dans la première idée.

Et puis avoir conscience en même temps du caractère très éphémère, très incertain de ce moment. Il ne durera pas, c'est certain, ça va s'arrêter. C'est pas un constat triste, c'est juste le constat de la nature des choses, donc cette rareté, cette richesse, elle n'est que fugace en fait. Et ça nous mène à la deuxième réflexion sur la mort, l'impermanence.

Puis la troisième, le Karma, en se disant, en même temps, cette existence, elle est conditionnée, dans mes réactions, ça se traduit dans mes réactions, dans la forme même de ce corps, dans les conditions qui sont les miennes. Et donc finalement qu'y a-t-il de plus beau et de plus profond que d'être libre de ces conditionnements ?

Et donc pour en être libre, comprendre alors le défaut des situations samsarique et ça nous fait arriver à la 4e réflexion, tout simplement, donc puisse-ai-je être libre de tout conditionnement. À la fois je suis conditionné, loi du karma, et puis être libre de tout conditionnement, c'est la réflexion sur ...

Donc voilà, c'est juste une manière d'intégrer de manière très simple ces quatre pensées fondamentales et donc à partir de là effectivement, il nous faut aussi développer ces quatre illimitées. Et de la même manière, on peut le faire de manière très simple, c'est-à-dire associer ce bonheur, qu'est la première pensée, l'amour, c'est ce souhait du bonheur pour tous, et pour moi aussi évidemment, pour ceux qu'on n'aime pas, pour ce qu'on aime, pour tous les êtres. Et finalement aussi on peut le rapporter à cet instant, puissent tous les êtres être là, comme moi je suis là, et bénéficier du bonheur et des causes du bonheur.

Et donc puissent-ils ne pas être perturbés dans ce moment, vraiment être libres de tout ce qui pourrait les amener à souffrir, de la même manière puisse-ai-je profitez pleinement, vivre pleinement ce caractère précieux de l'existence, qui nous fait arriver dans la compassion.

Et ensuite la joie, puisse ceci durer éternellement, quelle joie ce serait qu'effectivement tous puissent prendre le chemin de moindre confusion, de plus de clarté, de lucidité.

Et ensuite c'est l'équanimité avec l'idée, puisse intérieurement s'ouvrir cet espace infini dans lequel finalement il n'y a plus ni attachement, ni aversion, et l'on puisse demeurer simplement dans cette égalité, cette ouverture, qui fasse qu'on ne soit plus ballotté par ces attitudes partiales.

C'est un simple rappel juste pour tenter avec vous partagez le fait qu' on peut toujours essayer d'intervenir pour rendre ces notions vivantes d'abord, parce que on a tout intérêt à les rendre vivantes, le dharma n'est vraiment pas théorique en fait, Et puis aussi voir comment on peut le faire de manière simple, donc mine de rien, en évoquant tout ce que je viens d'évoquer, ça nous place dans la bonne attitude, dans cette ouverture pour le calme mental.

Références[]

Autre Vidéo sur le même sujet, Cebt Genève

Advertisement