Sages
Advertisement

LA SOUFFRANCE ET LE SAMSARA



Une autre chose dont nous avons peu conscience, c’est à quel point nous sommes plongés dans la souffrance. Tous les êtres connaissent la souffrance et les êtres humains la connaissent tout au long de leur vie. La naissance en elle-même est déjà douloureuse. Puis, au cours de l’enfance, nous rencontrons beaucoup de circonstances difficiles. Vient ensuite l’âge adulte, mais celui-ci ne nous libère pas plus des souffrances. Par exemple, quand nous nous fixons des objectifs pour obtenir ce qui nous manque, les efforts déployés pour atteindre ceux-ci apportent aussi leur souffrance. Et quand bien même on possède ce que l’on veut, là encore, la nécessité de protéger et de maintenir ce que nous possédons implique une souffrance. Un autre type de difficulté que nous rencontrons nécessairement, est celui d’être séparé de nos proches, de nos parents, de nos amis ou de ceux que nous aimons. Ces séparations, qui interviennent a cause de la mort ou d’autres circonstances de la vie, sont douloureuses. De même, il y existe des situations que nous souhaiterions éviter mais auxquelles nous nous trouvons confrontés contre notre volonté, que ces situations soient produites par fa nature (incendie, inondation, tremble­ment de terre, etc.) ou qu’elles soient dues aux actes des hommes.

Ainsi, toutes ces circonstances apportent des souffrances que nous ne souhaitions pas. Ensuite vient la vieillesse qui, elle aussi, apporte son lot de souffrances : nos facultés physiques et mentales diminuent, notre vue baisse, nous avons des difficultés à entendre et les autres se mettent à nous traiter comme un petit enfant. Nous rencontrons aussi des douleurs dues à toutes sortes de maladies, nous devons subir des opérations, nous ne pouvons plus manger ce que nous voulons… Tout ceci est très douloureux.

Enfin, la mort est évidemment une grande cause de souffrance, physiquement mais peut-être plus encore par la peur qu’elle implique pour notre esprit.

D’ailleurs dans le bouddhisme, on considère qu’après la mort, il y a un moment dans lequel notre esprit traverse — comme dans un rêve — toutes sortes d’hallucinations qui peuvent se révéler effrayantes ou douloureuses. Après quoi, selon la pensée bouddhiste, nous reprenons naissance et si notre esprit contient des tendances négatives, nous risquons de renaître dans des mondes douloureux.

Tout ceci signifie que nous devons prendre conscience de cette souffrance qui nous menace constamment, afin d’y puiser la motivation de nous dégager de cet état général. Ainsi, si nous savons les utiliser, les souffrances que nous rencontrerons pourront déboucher sur quelque chose de positif.

Dans un contexte ordinaire, nous employons généralement notre capacité de réflexion pour contrer les souffrances. C’est-à-dire qu’on va rechercher simplement les causes extérieures des souffrances et cela va nous amener à découvrir des remèdes pour nous éviter qu’à l’avenir de telles situations se reproduisent. Il est important d’utiliser cette capacité de réflexion.

0817 Bodh Gaya Ret

Maintenant, d’un point de vue bouddhiste, la souffrance est bien utilisée si elle nous amène à la compréhension que le monde est par nature douloureux et que les épreuves n’arrivent pas sans cause. D’autre part, la souffrance permet aussi de développer certaines qualités. Quand on souffre, on se trouve plus humble, cela rabat notre orgueil et cela nous permet de comprendre que nous devons trouver une aide, une protection. De ce fait, cela dirige notre esprit vers le Bouddha en tant qu’aide et en tant que protection. Plus encore, dans la perspective de ce que l’on appelle le Grand Véhicule, la souffrance nous amène au développement de la compassion qui nous amène à souhaiter prendre sur nous-mêmes les souffrances des autres et à prier pour que les êtres soient libres de la souffrance. Donc il y a une manière de traiter les circonstances douloureuses et, dans un cadre ordinaire ou bouddhiste, nous pourrons toujours utiliser la souffrance pour un bien.

@ eveiletmoi.fr – Bokar Rimpoché, Enseignements a Bodh Gaya

Advertisement