Sages
Advertisement

LA MORT ET L’IMPERMANENCE

La bonne utilisation de notre vie humaine est une chose à laquelle nous devons veiller au quotidien puisque la situation qui nous permet d’agir, c’est à dire cette vie humaine, ne durera pas éternellement. Tout est en perpétuel changement et mouvement, que ce soit le monde extérieur ou notre vie. Tout change et évolue, non seulement d’heure en heure, mais aussi de seconde en seconde. Cependant, nous avons tendance à penser que les choses sont stables et fixes et, en raison de cette croyance, nous souffrons. Si nous comprenons que la nature des choses est d’être en mouvement et en perpétuel changement, alors nous accepterons plus facilement les transformations et celles-ci ne seront plus une source de souffrance.

Bien sûr, nous ne savons pas quand cette vie se terminera, quand nous mourrons ou quelles circonstances amèneront la mort. Mais la fin de cette vie adviendra et c’est important de comprendre la fugacité des choses, tant du monde extérieur que de notre propre existence. Car c’est ce qui nous permet de réaliser que c’est chaque jour, à chaque heure et à chaque instant qu’il faut essayer de progresser, de trouver la paix en soi et d’apporter le bien autour de nous. En cela, il est important de prendre conscience de l’impermanence de toute chose.

Bokar22.jpg


LA LOI DU KARMA

Une autre chose qu’il faut envisager est le fait que les humains, mais aussi les animaux et tous les êtres vivants quels qu’ils soient, ont une aspiration naturelle au bonheur. Tout être désire le bonheur et souhaite éviter la souffrance. Malgré cette aspiration, on voit que l’on rencontre souvent la souffrance et que le bonheur demeure quelque chose de rare. Pourquoi cet état de fait ? Les gens n’en ont aucune idée et pensent que les événements se produisent par hasard. Maintenant, dans la perspective bouddhiste, on ne considère pas que les choses se produisent par hasard, mais on estime que bonheur et souffrance sont dus à des causes qui sont les pensées et les actes que nous avons expérimentés au cours de nos vies passées.

Dans le bouddhisme, on distingue tout d’abord ce qu’on appelle les actes positifs qui seront la cause du bonheur (ce sont les actes qui sont motivés par l’amour, la compassion et la sagesse), ensuite il y a les actes négatifs (motivés par l’attachement, l’aversion et l’ignorance, etc.) et qui engendrent des souffrances. Ainsi, il est important de comprendre que ce que nous vivons est le résultat de causes passées et que ce que nous vivrons prend naissance dans les actes présents.

Bokar11.jpg


Autrement dit pour connaître un bonheur futur, nous devons, dans notre vie actuelle, rejeter ce qui est négatif et accomplir ce qui est positif. Dans notre existence, c’est donc chaque jour qu’if faut essayer de donner plus d’ampleur à ce qui est positif dans l’activité de notre pensée, de notre parole et de notre corps. De donner plus d’ampleur à ce qui est mû par la sagesse et la compassion. Par contre, il faut nous efforcer de rejeter ce qui serait négatif dans notre activité quotidienne. Cette loi de causalité entre nos actes et les résultats de nos actes en tant que situation heureuse ou douloureuse, c’est ce que l’on appelle la loi du Karma. C’est un des enseignements fondamentaux de la doctrine du Bouddha. Mais en réalité, cet enseignement n’appartient à personne, on ne peut pas dire que ce soit quelque chose d’indien ou de tibétain. C’est simplement quelque chose d’universel.

@ eveiletmoi.fr – Bokar Rimpoché, Enseignements a Bodh Gaya

Advertisement